Implanter

B. − Au fig. Faire pénétrer une idée ou un sentiment, de manière durable, dans l’esprit de quelqu’un. Implanter une conviction, des préjugés :

3. … c’est, sans une parole directe, sans une franche tentative de s’expliquer, une protestation sourde et soutenue par quoi elle cherche à implanter en son fils le sentiment qu’il fait quelque chose de douteux.Montherl., Olymp.,1924, p. 246.
♦ ÉCON. Installer en un endroit précis des unités de production, favoriser des mouvements de main-d’œuvre, fixer une population qui autrement émigrerait. Implanter de la population, des usines :
4. … les grands groupes d’intérêts du xxesiècle, les banques d’affaires alliées à des industries et appuyées par des administrations, implantent [it. ds le texte] des ensembles industriels, c’est-à-dire des combinaisons consciemment construites d’établissements ou de firmes qui remplissent plusieurs fonctions économiques entre elles liées. Perroux, Écon. xxes., 1964, p. 182.
− Emploi pronom. Se fixer dans un lieu particulier, de manière durable. S’implanter à l’étranger. Tant de fois transplantés, nous nous implantons ici, et nous ne pensons plus réellement au départ, même lorsque nous en parlons (Barbusse, Feu,1916, p. 99).